La pensée préhistorique (1)

Évidement, il faut bien que je commence par me contredire un peu. Vous ayant doctement expliqué pourquoi j’avais comme un seul homme décidait de me lancer à corps perdu dans des recherches avec pour point de départ le néolithique v’là t’y pas que je vous sert un titre sur la préhistoire : what the fuck, disent si joliment nos amis anglophones 1. J’imagine sans peine le lecteur avide d’explication sur cette volte-face aussi surprenante que tout à fait inintéressante.

J’ai rappelé précédemment la succession à intervalle irrégulier de l’homme, du langage, des villes et villages et de l’écriture. Je restais toutefois turlupiné, non pas par ce cas de Corée 2, mais bien par les durées comparées de l’Histoire (quelques milliers d’année) et de la Préhistoire (quelques centaines de milliers d’années comptées depuis l’apparition supposée du langage). J’étais intrigué par ce qu’avais bien pu penser nos prédécesseurs et si toutefois ces pensées nous étaient en aucune manière accessible en l’absence d’écrit?

De nouveau au pied du mur je comprenais que « les croyances et les idées ne sont pas fossilisables »3.Qu’à cela ne tienne, il en fallait plus pour m’arrêter et poursuivre mes lectures. Quelques idées volées chez Monsieur Leroi Gourhan pour commencer 4. La preuve de l’activité « religieuse » est apportée par des découvertes insolites caractéristique de « pratiques dans un domaine psychologique non directement lié aux techniques d’acquisition, de fabrication ou de consommation ». L’apparition du phénomène religieux suivrait de près le développement de la pensée symbolique, elle-même inséparable du langage et du geste (on y revient!), du signe (si cher à notre cher Umberto Eco). L’art, le jeu et la religion deviennent inséparables et sont des marqueurs de l’esprit créatif des hommes. Dès l’époque de l’homme de Néandertal, au moustérien, ceci se traduit par l’apparition de sépulture ou, d’une forme de « culte des ossements ».

Squelette néandertalien « Regourdou 1 » (position reconstituée) Cliché Bernard Dupuy, collection Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord, ville de Périgueux.

Il reste malgré tout encore difficile pour cette période d’identifier avec certitude les pratiques funéraires (à l’exemple du célèbre crâne de la grotte de Guattari sur le Mont Circé en Italie soupçonné pendant longtemps d’être les reliefs d’un rituel cannibale jusqu’à ce que l’on démontre qu’il s’agissait des restes d’un repas de hyènes… (to be continued)

1. Oscar Wilde aurait sans doute désapprouvé, lui qui écrivit dans le Fantôme de Canterville : « We [the English] have really everything in  common with America nowadays, except, of course, language ».
2. Vous constaterez qu’il m’arrive fort mal à propos de contrepèter.
3. M. Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, Paris, Payot, 1976, tome 1 pp.18-19.
4. Article Préhistoire in Y. Bonnefoy sous la dir., Dictionnaire des Mythologies, Paris, Flammarion, 1999, 2 tomes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s